journal de bord

Plus on est de fou, plus on rit.

A 17h, je me suis effondrée, épuisée, au bord du bassin, et je me suis dit « c’est fini ! » en jetant un regard compatissant et comblé à Choupy. Mais en fait, ce n’est pas fini. Bien au contraire ce n’est que le commencement !


Aujourd’hui fut une autre incroyable journée où le travail d’équipe fait la force et la joie !

A 7h30, j’étais dans l’atelier en train de faire les derniers préparatifs : les outils à présenter pour la partie « en coulisses ». Malgré la liste j’ai trouvé le moyen d’oublier la gouge !

8h45 on charge la voiture sous la pluie et peu après 9h30 nous étions sur place.

ACTION !

Première partie de l’exposition

Cette partie été très rapide à mettre en place. J’étais soulagée car c’est dernier temps j’étais très inquiète de ne pas trouver de scénographie convenable. Mais une fois sur place, les choses se sont installées naturellement. Néanmoins, il restera peut-être une chose ou deux à améliorer.

Comme toujours je suis très partagée :

La salle arrière, celle des encadrements, n’est-elle pas trop vide ?

Mais ajouter d’autres pièces nuirait. Elles étoufferaient celles déjà en place et seraient dévalorisées.

L’installation de Joa.

Joa va présenter Humana. Ca va être passionnant. Aujourd’hui nous avons monté la structure. Selon les moments nous étions soit 4 soit 5. La structure est très légère, nous devions donc tenir les piliers, le temps que tout soit assemblé.

On était à la fois dans une sorte de ballet contemporain et de performance à rattraper ou réaligner les poteaux qui se désaxaient, quand on fixait une traverse. Je crois bien que nous sommes tous passé par le moment où nos deux bras et une jambe servaient à maintenir les piliers.

Olivier était là qui filmait. Un très joli jeu d’ombre sur le mur.

Au bout d’un moment,nous avons pu lâcher. Chacun notre tour, une main après l’autre. Et miracle ça tenait !


Pause déjeuner.

Après ça je suis retournée à mes affaires. Les œuvres sont en place, mais ce n’est pas finit pour autant !


L’expo dans son état actuel.

  • Tous mes cadres sont de traviole car je devais me faire une idée de la place occupée avant de faire l’alignement correct.
  • Il manque tous les panneaux informatifs et j’ai tellement la flemme de m’y mettre (impressions, découpage et, si j’ai le courage, marouflage).
  • Je ne me suis pas encore occupée de l’éclairage mais j’ai une idée précise
  • Joa devra faire la mise en place de tous les rideaux d’Humana. Encore plusieurs jours de travail.
  • Nous aurons aussi à nous occuper de la vitrine.

Ressenti.

Je suis vraiment enchantée de cette expo, et de la faire avec Joa. Sans compter le fait qu’elle est de bons conseils, je suis sûre que ça va être une expérience formidable.

J’ai hâte et je suis sûre que tout va bien se passer mais j’ai un de ces trac ! Comme à chaque expo je crois. Olivier dit que c’est positif  : ça veut dire que je suis dans l’expo. Et c’est vrai qu’il y a deux mois je n’étais pas du tout stressée par l’expo.

Joa était étonné car elle se sent bien moins angoissée que les expos précédentes. Pourtant son installation est beaucoup plus ambitieuse que les précédentes.

J’ai adoré l’ambiance de cette installation. Danser et retenir son souffle à chaque nouveau bout de bois et s’en remettre autour d’un bon repas à emporter déguster au milieu des cartons, marteaux et vis.

Travail d’équipe.

Il y a un truc que j’ai toujours redouté, depuis l’école et … ah oui même à l’école. :s. Je reformule. Que ce soit en tant qu’élève, étudiante ou prof, il y a un truc que j’ai toujours redouté : le travail en équipe. D’ailleurs une bonne partie de mes élèves n’aimaient pas ça non plus. Mais depuis que j’ai intégré des collectifs artistiques j’y ai vraiment pris goût !

Après tout, plus on est de fou, plus on rit.

Artiste avec qui je co-expose :

Collectifs où j’aime la dynamique de groupe et l’esprit d’équipe :

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *