sur la route de l'art

Je me sens comme un plombier.

Sur la route de l’art, tout n’est pas tout rose. Enfin surtout beaucoup de choses à apprendre.

Copie de l’article posté sur Fb.

Il y a cette femme qui voulait m acheter un tableau à 400€ (250€+ cadre). Finalement elle a changé d’avis et m’a demandé un devis pour en encadrer un autre avec de belles baguettes en chêne et des couleurs pastels. Le total est donc de 600€ (250€ l’estampe + 350 la réalisation du cadre : 60x60cm, chêne massif, passe-partout, réhausse…).

Elle m’a dit que ce n’était pas dans son budget. Donc je lui ai envoyé un devis avec un cadre du commerce. Et là le cadre passe de 350 à 40€. Parce-que je n’ai plus rien à faire à part aller chercher un cadre chez casto qui coûte déjà moins cher que des baguettes d’encadrement en chêne. Et du coup j’ai peur qu’elle pense que j’ai essayé de l’escroquer et d’abuser de sa confiance car la différence de prix est énorme !

Par exemple quand le plombier est venu et nous a dit 450€ on lui a dit non car on pensait 200 max. Alors quand il nous a rappelé pour dire “ok pour 200 €” on l’a envoyé balader car on s’est dit “il se fou de nous celui-là”.

Ca fait 10 jours au moins que cette histoire de cadre m’angoisse. J’en fait des cauchemars et je n’arrive plus à graver. Maintenant je me sens comme un plombier !

Les retours.

Les retours de mes collègues et followers ont été très encourageants. La différence de prix expliquée en détails est tout à fait plausible selon eux et mon premier devis leur a parut fort raisonnable.

Je ne sais pas si dorénavant je refuse systématiquement d’encadrer ce qui ne l’est pas déjà, ou si je propose un devis encadrement de luxe et un devis encadrement de conservation. Sachant que, quand même, je n’aime pas encadrer sur commande.

Montfermeil, le 8 octobre 2020

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *