exposition, journal de bord

Le lavoir de Chigy, en pleine mer.

Ce week-end j’ai participé à une expo au lavoir de Chigy, dans l’Yonne. J’y ai été invitée par Simon pour exposer avec Nelly et lui. Ce fût un très bon moment.

Le lavoir de Chigy.

Le lieu, un lavoir, était vraiment magnifique, il aurait mérité que l’on crée quelque chose rien que pour lui.

Avec Simon nous avions investit l’espace de l’eau du lavoir, ce qui a beaucoup plu car depuis 10 ans que le lavoir est un lieu d’expo c’était la première fois que l’on jouait ainsi avec l’espace.

Malgré que l’expo ne soit que sur 2 jours je l’avais acceptée car au vu des photo j’ai pensé qu’il y avait vraiment quelque chose à faire là-bas. Et comme je suis très originale 😉 je me suis dit :

Mais pourquoi ne pas mettre mon travail sur l’eau dans un lieu où il y a de l’eau ?
Et voilà que la pleine mer reprenait vie dans une rivière

Un dialogue.

Nous ne souhaitions pas restés chacun dans notre coin et avions pour volonté de créer un dialogue entre nous trois.

Bien qu’il n’y ai pas eu de thème préétabli, il y avait beaucoup de transversalité dans nos travaux. Après tout nous vivons la même époque … Alors des portraits de Nelly aux évadés de Simon, an passant par les âmes esseulées de mes migrants…

D’ailleurs en parlant de pleine mer, j’ai pris conscience que je n’étais pas prête à la vendre tout de suite, elle doit encore évoluer et voyager. (Et être réparée. Pour économiser j’ai choisi des transparent d’imprimante plutôt que du rodhoïde : l’encre des poissons c’est décollé et flottait à la surface de l’eau…

Une bonne surprise.

J’ai été très agréablement surprise car j’allais à cette exposition uniquement dans le but de me faire plaisir en explorant une nouvelle installation de mon travail. Je ne m’attendais pas à avoir tant de monde !

Mais voilà qu’au  pot de l’amitié nous avons eu plus de monde que sur un vernissage parisien !!! Beaucoup étaient enthousiastes d’être là, et curieux. Nous avons aussi croisés plusieurs maires, intéressés et accessibles. Avec Simon nous avons commencé à réfléchir à un projet de résidence.

Quand on vient de grande ville on s’imagine que ces coins là sont morts et que  par conséquent n’y a rien à faire. Mais c’est justement pour cette raison qu’il y a tout à faire.

Je vois désormais en cet endroit un véritable laboratoire d’expérimentation où beaucoup de possibilités s’ouvrent par la proximité avec le public.

Montfermeil, 5 juillet 2018.


Liens complémentaires :

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *