semaine d'artiste

Semaine d’artiste du 21 au 27 décembre. Générosité, partage, ouverture.

En cette période de fin d’année, on prépare 2020 (un peu) et on profite de la vie (comme on peu) en échangeant des cadeaux (beaucoup) et en mangeant (énormément).

Lundi : La stratégie de contenu.

#216
  • Réunion avec les créactives. Lore / Lola m’aide à trouver le centre de ma carte Disney. Pour moi dire que mon centre était la gravure et mes créations me semblait trop vague et égoïste. Pourtant il semble clair que c’est ce vers quoi je tends. J’ai donc décidé de faire du graveur fou le centre de ma carte.
  • Je reçois l’audit d’audasioux. Je suis très contente. Quand Ester m’a annoncé quelques jours avant qu’elle analysait mes contenus, je me suis sentie comme un élève de primaire qui vient de terminer son exercice et attend au bureau de l’instit’, la note qu’il va avoir. Ce que j’aime avec Ester, c’est qu’elle est positive et a su écouter mes demandes. Sa stratégie est simple à mettre en oeuvre. C’est un ensemble de petites choses que j’ignorais, auxquelles je ne pensais pas voire même qui ne me semblais pas si utile que ça. Mais mis bout à bout, ça fait déjà du boulot. Quand j’ai fini de lire l’audit j’étais à la fois captivée par ce que je venais de lire et déçue qu’il n’y en ai pas plus. Mais effectivement il s’agit d’une stratégie sur 3 mois et par rapport au temps que je veux y consacrer s’il y en avait eu plus ça m’aurait sapé le moral.

Mardi : Générosité, partage, ouverture.

#217
  • Le matin, achat des derniers cadeaux de Noël. Je pensais qu’il y aurait plus de monde au magasin.
  • Idée pour une nouvelle gravure dans la série des “ne rien dire, ne rien voir, ne rien entendre”, inspirée de Topor et de l’air du temps.
  • Après avoir lu le bilan d’Ester, j’ai beaucoup aimé sa méthode que j’appelle “en 3 mots” et je me suis lancée à mon tour.
  • Il y a peu j’ai découvert sur insta le projet @hidden_in_your_books, fondé par Adèle. J’avais adoré l’idée et lui ai demandé la permission de la suivre dans l’aventure en faisant de même. Elle a accepté !

Mon année 2020 en 3 mots.

  1. Changement.
    Je me suis mariée (entre 2 confinements), j’ai démissionné et toute ma famille emménage à des centaines de kilomètres de moi.
  2. Soutien.
    Démissionner était devenu quasiment vital pour moi. Mais le soutien de mes collectionneurs de mes proches et de mon mari, a permis que cette transition de fasse en toute sérénité.
  3. Stabilité.
    Après des années à vouloir tantôt casser la routine, tantôt créer des to do list impossibles, j’ai enfin trouvé un rythmme qui me convient et me permet d’être efficace.

Mon année 2021 en 3 mots.

  1. Générosité.
    C’est lors du 2eme confinement que ça s’est fait sentir. Une envie insatiable d’offrir quelque chose au monde, de contribuer à mon échelle d’embellir le quotidien des gens. J’en ai pris conscience alors que je réfléchissais à la carte de vœux que j’allais créer pour mes acheteurs. Mais leur souhaiter une bonne santé alors qu’on parle déjà de 3ème vague et de re confinement ne me semblait pas approprié. Après une année comme celle là, je me disais que ça semblerait futile. Je voulais leur offrir de l’espoir et de la tendresse à une époque où l’on semble ne pas voir le bout du tunnel et où les contact sont interdits. C’est ainsi qu’est né “en tête-à-tête avec Picasso”, une collection d’estampes à gagner et non disponible à la vente. Parce-que j’ai toujours considéré que la gravure était l’art même du partage.
  2. Partage.
    Toujours dans la suite de générosité, j’ai envie de partage, de créer des liens. C’est pour cette raison que je souhaite développer “parce-qu’avec le temps les mots deviennent insensés” et en créer une version gratuite. Afin d’ouvrir mon atelier et de cocréer avec des gens n’ayant aucune pratique artistique.
  3. Ouverture.
    Ouverture de ma boutique en ligne, mais aussi ouverture aux autres. Avec la famille qui déménage et les échanges via les réseaux sociaux, il est tant de sortir de mon cocon et d’aller voir plus loin.

Mercredi :

#218
  • J’effectue une livraison.
  • Je présente le projet “En tête-à-tête au Jardin des Délices” à D. Leizorovici.

En tête-à-tête au Jardin des Délices.

Daniel aime beaucoup le projet. Je suis allée vers lui car j’avais besoin de conseils concernant toute la partie commerciale.

  • Comment trouver des partenaires ?
  • Quel prix ?
  • Et surtout combien d’exemplaires ?

Nous avons longuement réfléchis sur ce dernier point. Mon idée était de partir sur une vingtaine d’exemplaires. Pas du panneau entier mais des scènes pouvant fonctionner de façon autonome. Seulement 2 exemplaires du panneau entier.

Son point de vue est que je me lance dans quelque chose d’hors de prix et d’invendable (quel galeriste va avoir envie d’accrocher 665 estampes ? Comment ça se transporte ? Comment ça se présente au public ?). L’idée serait donc de faire 3 panneaux complets, une édition pour les mécènes et éventuellement une pour la vente. Son propos de différencier valeur est prix, est très intéressant et je n’y avais pas du tout pensé. Il pense qu’il faut miser sur la rareté et réfléchir, d’un point de vue historique, qu’est-ce que ça apporte que je fasse ça ?

Avantages :
  • Le pari de jouer sur la rareté est avantageux d’un point de vue temporel car en limitant le nombre de tirage je gagne presque 2 ans sur la totalité du projet.
  • Ca pourrait aussi faire monter la valeur de mes oeuvres annexes. N’ayant pu s’acheter un morceau du Jardin, ils achètent une autre de mes estampes.
Inconvénients :
  • C’est en contradiction avec mes objectifs de générosité et de partage. J’aimais l’idée que chacun puisse s’offrir un coin de jardin. J’avais pensé à une édition N&B mais alors il me conseille de la garder pour accorder des privilèges, à certaines personnes uniquement.
  • D’un point de vue financier c’est un travail à perte. Comme beaucoup d’artiste je ne pourrais pas payer mes heures. Ce qui rallonge la durée de beaucoup puisqu’il faut que je gagne de l’argent à côté.
  • Toujours d’un point de vue financier, la vente des 3 panneaux ne suffit pas à financer le projet, tel que je l’envisage actuellement.
Conclusion :
  • Reprendre le budget, voir tout ce que je peux supprimer et de compbien ça allonge la durée. Mais si c’est trop long, qui me suivra ?
  • Faire une étude de découpe du tableau.
  • Me situer du point du vue “historique”.
  • Parmi les pistes que Daniel m’a données, étudier celle de la Casa Velasquez.

Jeudi :

#219
  • J’en peux plus d’attendre Noël, je rêve de foie gras, et deux colis expédiés par Joop Stoop me font de l’oeil. Que peuvent-ils bien contenir ?
  • Réveillon à la maison avec Simon, Maman et Alexandre, mon meilleur ami.

Vendredi.

#220
  • Ouverture des cadeaux ! Les colis Joop Stoop contenaient un écran de sérigraphie et du bois de bout !!!!!! Et parmi les nombreuses autres merveilles emballées au pied du sapin : une nouvelle montre running.
  • On se régale en finissant les restes.

Samedi :

#221
  • Noël ça continue. Avec toutes les règlementations il ne faut pas être plus de 6 à la fois. Alors on tourne. Aujourd’hui on prépare le Noël de demain.

Dimanche :

  • La P’tite Famille rentre de Bretagne où elle emménage définitivement fin janvier. On fête aussi l’anniversaire de Titi. Chaque année on lui fait un gâteau spécial. Cette année, une pièce montée en forme de sapin, surmontée d’un portrait de Ktulu modelé dans de la pâte à sucre.
  • Parmi les nouveaux autres cadeaux, la vaisselle nécessaire pour un plateau de fruits de mer (depuis mes 19 ans, c’est sacré je me fait offrir un plateau de fruit de mer pour mon anni. Mais cette année que nous n’étions pas au resto, on a eu un peu de mal sans l’attirail spécifique).
  • J’ai quand même un peu hâte que les fêtes se terminent pour avoir de nouveau du temps dans l’atelier, tranquillement.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *