dans les coulisses d'une création, une oeuvre, une histoire.

Pas le temps de mourir aujourd’hui.

Pas le temps de mourir aujourd’hui est issu du livre parce-qu’avec le temps les mots deviennent insensés. L’idée et son mécène se sont rencontrées lors d’une exposition. Un grand merci à MH, pour avoir donné vie à cette idée.

croquis de l’idée

Quelle sera cette l’estampe ?

Mourir, ça se prépare. Même si on fait semblant d’ignorer la mort, ne court-on pas tous après le temps pour avoir une chance de réaliser nos rêves avant qu’il ne soit définitivement trop tard ?

Cette phrase date de l’époque à laquelle j’étais slammeuse. Elle fut d’abord un mantra. Il faut attendre 2010, lorsque je découvre la typographie en Allemagne, pour que je décide d’en faire une affiche.

Caractéristiques techniques envisagées pour cette estampe :

  • Technique : Typographie / tampographie + gravure sur bois.
  • Format : 50x40cm
  • Papier : vélin Johannot
  • Edition : 7 exemplaires.
  • Couleur : bleu ciel délavé.

vanité

Vanité.

14 décembre.

Il y a une petite vanité qui trône sous sa cloche dans l’atelier qui me plait beaucoup. Je la propose comme modèle. L’idée est de remplacer le crâne par un objet évoquant le temps. Une montre à gousset ? Un téléphone portable ?


De la typo dépendra la gravure.

6 janvier 2021

Aujourd’hui je réalise la maquette. J’ai en tête deux lettrages qui conviendrait.

  1. Celui du croquis original, une typo ronde issue d’une série de tampons. Elle est plus petite et bien adaptée au format.
  2. Une typo en bois plus anguleuse. Elle donne un aspect gothique qui renvoie aux vanités des primitifs flamands que j’adore tant. Plus grande, il faut la tasser un peu mais ça ne choque pas.

J’imprime le texte avec chacune des deux typographies sans tenir compte du format final. Ensuite je découpe chaque mot. Je passe enfin à la composition dans la page. Il faut que ça respire tout en laissant une place pour la gravure sur bois.

La gravure devra donc être comprise entre 7×5 cm et 11×7 cm.

Lorsque nous aurons arrêté la typo, je réaliserai un gabarit afin de toujours placer les mots aux même endroits (pour ne pas modifier les espaces !)

7 janvier 2021 :

Choix de la première typo : “plus dansante”.


Brainstorming ! Quel dessin pour la gravure ?

Et si on envoyait notre estampe à un concours de xylographie ?

19 mars :

Hier à 23h, j’envoie un mail à MH. J’ai reçu une annonce. Concours. Gravure sur bois. Petit format. Sujet: le temps sans temps. Et là je me dis : “mais on est en plein dedans !” et je lui propose de participer au concours.

MH. découvre le mail au réveil. De quoi est-ce que je parle ? Elle doit se replonger dedans. Après quelques échanges de mails on en vient au téléphone.

On a laissé tomber l’idée du squelette qui tient un téléphone et on part sur une mise en abîme vivant – mort-vivant … Nouvelle idée : deux mains qui tiennent / encadrent un crâne du quel sort quelque chose ou un squelette qui tient quelque chose.

Y a du boulot. La gravure est à envoyer pour la fin du mois…

30 mars.

1ere bonne nouvelle : la gravure n’est pas à envoyer pour demain. C’est moi qui avance tous les délais pour ne pas être à la bourre.

2nd bonne nouvelle : j’ai enfin réalisé les ébauches ! Avant de pousser plus le dessin (et surtout de revoir mes cours d’anatomie), je laisse à M.H me dire ceux qu’elle préfère. J’ai laissé tomber le sablier mais il me reste quand même 5 variantes.

Nous avions aussi parlé d’une mise en abîme. Pour cela j’ai testé de type de cadre. Main ou bras. Mais si on retient les bras je ferai une partie squelette. La grande découverte, c’est la déchirure !!!! J’avais la flemme de redessiner les mains à chaque fois et je n’avais pas de ciseaux. Donc j’ai déchiré. Sur l’affiche ce sera trop lourd, mais sur l’estampe séparée ça peut être chouette.

Comment rendre compte du bouillonnement ?

31 mars.

Celui qui plait le plus c’est l’étonné. Mais l’idée du bouillonnement ne ressort pas assez. J’avoue que d’un côté je suis un peu déçue qu’aucune de mes idées ne correspondent, mais de l’autre je suis soulagée. En effet j’en aurais bavé de graver ça en si petit sur le bois prévu.

Autre point à améliorer : les mains vivantes sont trop éloignées. Elles n’ont pas de contact avec le crâne. La mécène souhaiterait qu’elles tiennent le crâne à la manière des mains de l’enfant au pigeon.
Je trouve ça compliqué car les mains citées en référence m’évoquent plus la méditation (“to be or not to be”) et la protection.
Je fais un croquis sans réfléchir, le plus simple, au stylo bille sur un vieux papier. Juste pour me rendre compte des mains.
En attendant de trouver quoi mettre dans la tête, je fais une explosion d’idées. Puis je laisse tomber et je passe à autre chose. Je laisse le dessin sur un coin du bureau et je pars.

Quand je reviens je réalise :

MAIS OUI C’EST LUI !

Le bouillonnement de la vie

Je le propose. Le feu d’artifice d’idées pourrait être tamponné en plusieurs couleurs.

L’idée est acceptée.


Prochaines étapes :

  • Réaliser le gabarit du texte.
  • Faire le dessin au propre.
  • Acheter le papier pour les test couleurs.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *